SONGES

Two poems by Dominique Aury from 'Songes' ('Dreams')

 

Le Fils (The Threads)


The threads which have bound me
Are finer than hairs... I hear complying in silence
The voluntary captive
The speechless the prisoner
Which I hide in my very depths...

O

Les fils qui m'ont attachée
Sont plus fins que des cheveux
Si la main les tire un peu
Qui les a pris à poignée


J'entends répondre sans voix
La captive volontaire
La muette la prisonnière
Que je cache au fond de moi


Son sang me brûle les veines
Des épaules aux genoux
Elle se tait mais c'est nous
Qui perdons ensemble haleine


Si les fils incandescents
Leur réseau de moi détachent
Si l'étreinte se relâche
Par quoi je vais respirant


Je deviendrai cendre éteinte
Scorie poudre et sable au vent
Gravats débris pavement
Sel de gemme asphalte peinte


Pour me renfoncer en terre
Au plus proche au plus commun
Pour que la chaleur des mains
Se refroidisse à la pierre


Et que me marche dessus
Le roi qui m'a caressée
Déchirée brûlée jetée
Vide défaite et rompue.


O

 

Le Eaux Noires (The Black Waters)


When you advance into my night
You are not you, I am other
This other knows not who I am
You know not that I am your own

We walk on a river bank
Upon a narrow towpath
On the edge of a new dyke
On the high steps of a dam

As far as the plain where great trees
Are reflected in the black waters
As far as the meads where marble gleams
In silence and despair

And I cry without a cry without a word
For night has reclaimed you
The floods have cut the paths
Ah, might I be carried off in the flotsam

O

RETURN TO KEY O